Qu’est qu’un CFD ?

Encore méconnus par certains traders, les CFD offrent la possibilité de spéculer en ligne sur les marchés financiers. Si vous débutez en trading et ne savez pas par où commencer, le CFD est peut-être ce qu’il vous faut.

Comment trader les CFD ?

L’acronyme CFD signifie « Contract For Differences » en anglais. Il est littéralement traduit en français par « Contrat pour la Différence ». Il s’agit d’un produit dérivé qui permet de facilement spéculer sur les indices boursiers, les actions, les matières premières et les devises. Le gain ou la perte du trader des CFD est obtenu par la différence entre le cours d’entrée et le cours de fermeture de sa position. Le trading CFD est accessible à toute personne qui a plus de dix ans et aucun diplôme spécifique n’est requis pour se lancer.

Pour investir dans les CFD, il vous faudra ouvrir un compte de trading auprès d’un courtier CFD et télécharger sa plateforme de trading. Vous aurez ensuite à choisir l’actif dont vous désirez trader la hausse ou la baisse du prix, selon vos analyses. Pour illustration : si le cours actuel d’un baril de pétrole est de 1 200 dollars et que vous pensez que ce dernier connaîtra une hausse, il vous suffit d’ouvrir une position acheteuse. Avec la montée effective du prix du baril de pétrole à 1 230 dollars, par exemple, vous encaissez la différence de prix. Vous faites donc un profit de 30 dollars.

Pourquoi opter pour le trading de CFD ?

Les CFD présentent de nombreux avantages. Ils sont, par exemple, accessibles à tous les types de traders et ce, à des frais abordables. Ils proposent ensuite des leviers très importants ; ce qui vous permet de spéculer avec un montant supérieur à votre capital. En tant que trader des CFD, vous avez la possibilité de « shorter » sur un actif (vous pouvez vendre un CFD que vous n’avez pas pour le racheter plus tard à un prix inférieur). De plus, vous pouvez profiter d’une gestion beaucoup plus fine, en ce sens que vous avez la possibilité d’investir sur le CAC 40 à seulement 1 ou 2 euros le point.

De même, vous pouvez trader sur tous les marchés financiers avec un seul compte CFD : indices, actions, monnaies, matières premières, etc. Vous bénéficiez également d’une grande souplesse avec des SL (stop loss) et TP (take profit) pour clôturer vos positions au bon moment. En dehors de tout ceci, les cotations CFD sont disponibles quasiment 24 heures/24 sur la majorité des instruments. Par ailleurs, les CFD présentent un avantage généralement inconnu. En effet, durant les périodes d’extrême volatilité ou de cracks, les autorités boursières interdisent la vente à découvert des actions sur des valeurs données. En revanche, ces mesures ne touchent pas les CFD.

Quels sont les risques du trading CFD ?

Le principal risque du trading CFD est lié à l’effet de levier trop important. En effet, il demeure un couteau à double tranchant, car avantageuse lorsque vous gagnez, mais également défavorable lorsque vous perdez. Par ailleurs, il faut aussi souligner qu’un manque de formation en bonne et due forme au trading pénalise très souvent le trader sur les marchés CFD.

 

4 conseils pour faire des économies d’énergies

L’énergie est devenue aujourd’hui une ressource indispensable pour le quotidien des humains. Indépendamment de sa source, l’énergie permet d’alimenter les différents appareils domestiques, d’assurer l’éclairage, le chauffage, la cuisine et bien d’autres fonctions. Le gaz et l’électricité sont les formes d’énergie les plus consommées au monde. Contrairement aux ménages, les entreprises sont de grands consommateurs d’énergie. Et pour satisfaire les demandes sans cesse croissantes, les fournisseurs augmentent leur production ce qui des fois peut conduire aux pollutions environnementales car, c’est de l’exploitation des ressources naturelles que se produit de l’énergie. Économiser de l’énergie devient donc la meilleure chose à faire tant pour réduire les factures de consommation que pour préserver de l’environnement. Découvrez à travers cet article des astuces pour économiser de l’énergie.

Lire la suite

4 moyens très simples de réduire les coûts de votre entreprise

Pour réduire les coûts dans l’entreprise, le meilleur moyen est d’identifier les gros postes de dépenses sur au moins les deux derniers exercices afin de voir lesquels ont le plus évolué. A charge pour vous ensuite de trouver des sources d’économie. En voici quelques-unes que parmi les plus courantes.

1) Renégocier vos produits d’approvisionnement

Il est bon de renégocier vos matières premières auprès de vos fournisseurs, généralement les produits d’approvisionnement représentent le plus gros poste de dépense. Vous pourriez par exemple mettre vos fournisseurs en concurrence avec d’autres et centraliser vos achats pour obtenir un meilleur prix. Reconsidérez aussi vos stocks, leur entreposage coûtent chers. En vous équipant d’un logiciel de gestion d’entrepôt, vous connaîtrez vos flux et l’état de vos stocks en temps réels, sans avoir à perdre du temps dans un inventaire.

2) Investir dans un SIRH

Les technologies de l’information facilitent la gestion de l’entreprise. C’est justement l’objectif des systèmes d’information des ressources humaines (SIRH). Avec un logiciel de gestion des ressources humaines pour PME, vous gérerez l’ensemble des données du personnel rapidement et efficacement. De l’entrée du salarié dans l’entreprise à la gestion complète de sa carrière, vous centraliserez au même endroit ses évaluations, sa paie, ses congés, ses formations, ses feuilles de temps, ses accidents de travail ou congés de maladie, ses assurances, son régime de retraite, bref tout ce qui le concerne. Une économie importante en termes de temps que vous consacrerez à autre chose.

3) Être plus responsable

La planète souffre de nos dépenses énergétiques trop dispendieuses, les salariés eux-mêmes sont de plus en plus sensibilisés à ce problème. C’est le moment de faire attention au papier en passant à la dématérialisation, à la lumière en éteignant les interrupteurs dans les endroits inoccupés ou déjà suffisamment éclairés naturellement ou encore les machines qui ne servent pas, à la durée de vie de vos appareils en les faisant réparer… En intégrant des valeurs écoresponsables dans votre projet d’entreprise, vous motiverez en plus vos salariés.

4) Externaliser le système informatique

La gestion interne d’un parc informatique n’est aujourd’hui plus du tout rentable. Elle requiert des investissements en équipements et en maintenance trop onéreux. En optant pour une plateforme d’hébergement, l’ensemble de votre système d’information sera maintenu à un haut niveau de performance et de sécurité pour le prix d’un abonnement mensuel seulement. Plus besoin non plus de vous soucier de l’expansion de vos données en achetant de nouveaux serveurs ! 

4 conseils pour rendre votre maison positive

Une maison à énergie positive consiste à produire sa propre énergie afin de couvrir l’ensemble des dépenses de la maison et même davantage par opposition à la maison passive où il faut au contraire minimiser ses besoins. Quels sont les investissements à réaliser ? Nos conseils.

Le chauffage

La maison à énergie positive repose sur l’exploitation d’une énergie renouvelable, photovoltaïque ou éolienne. L’excédent produit peut alors être revendu. Mais avant d’investir dans de lourds équipements, on peut s’équiper d’appareils performants et fiables. La pompe à chaleur par exemple utilise l’énergie présente dans l’air, le soleil ou le sol pour chauffer la maison. Dans le même esprit, un chauffe-eau thermodynamique comprend lui aussi une pompe à chaleur air/eau pour produire de l’eau chaude.

Pensez également à l’installation d’une dalle chauffante, elle permet de bloquer les pertes d’énergie par le sol.

2) L’électricité

Si vous habitez une maison passive bien isolée ou à basse consommation d’énergie, il vous suffit d’ajouter un système de production d’électricité pour la transformer en maison active. Investir dans une chaudière à cogénération au bois ou à granulés vous permettra de combiner la production de chaleur et d’électricité, y compris la production d’eau chaude. Mais c’est un investissement onéreux qui nécessite de faire un crédit pour travaux. Néanmoins le retour sur investissement est relativement court, 7 ans en moyenne. Pour obtenir un financement à un taux intéressant, mieux vaut avoir une bonne cote de crédit. Pour aller plus vite, il est possible de souscrire une carte de crédit pour refaire son crédit.

L’installation de panneaux solaires est une solution, mais elle dépend de l’exposition de la maison et de la configuration du toit. Sur les toits plats par exemple, c’est quasiment impossible.

 

3) Les fenêtres

Des fenêtres plus grandes pour maximiser l’apport de la lumière ou, à défaut, dont les matériaux sont à forte inertie favorisent l’apport de chaleur.

4) L’isolation

Les maisons à énergie active se caractérisent par une très bonne isolation thermique. La laine de roche par exemple est un matériau écologique performant.

Un expert peut réaliser un audit énergétique pour vous conseiller sur les améliorations à apporter, par exemple supprimer les ponts thermiques, mettre en place une ventilation à double flux, installer un puits canadien pour rafraîchir la maison l’été, optimiser l’orientation de la maison en plantant au nord des résineux et au sud des arbres à feuilles caduques.

PME : 5 erreurs de comptabilité à éviter absolument

Peu de chefs d’entreprise ont un goût avéré pour la comptabilité et pourtant elle garantit la viabilité de l’entreprise en leur donnant une vision claire de sa santé financière. Voici donc les erreurs ou les omissions les plus courantes à éviter.

  1. Confondre le chiffre d’affaires et le bénéfice

Cette erreur est le plus souvent commise chez les travailleurs autonomes parce qu’ils omettent d’ouvrir un compte bancaire professionnel et de demander une carte bancaire corporative. Or il est vraiment nécessaire de bien différencier les dépenses. De plus, un compte pro bien géré leur permettrait d’obtenir plus facilement un financement en vue d’un investissement futur.

  1. Ne pas archiver ses reçus

Ne pas rassembler au même endroit les reçus des dépenses relatives à l’activité professionnelle représente à l’arrivée de nombreuses déductions fiscales que l’on ne pourra pas demander à l’impôt. Il faudrait les trier par date, par nature, et les conserver durant toute la durée légale, soit pendant 6 ans.

  1. Ne pas investir dans un logiciel de comptabilité

Certains entrepreneurs pensent qu’un fichier Excel est bien suffisant pour mentionner les entrées et les sorties d’argent. Or les erreurs de saisie ou les omissions sont lourdes de conséquences. Les consigner dans un logiciel adéquat est une des conditions pour avoir une vision précise de l’équilibre financier. D’autant qu’un tel outil est utile pour la facturation, les relances clients, la vérification de la conciliation bancaire, etc. À défaut, pourquoi ne pas déléguer la mise à jour de sa tenue de livre à Montréal ? La saisie sera moins lourde au moment de publier les états financiers.

  1. Générer des factures non conformes à la législation

Les factures doivent comporter des mentions obligatoires :

  • Le nom du fournisseur,
  • La date,
  • Le montant total,
  • Le montant de la taxe applicable,
  • Le numéro d’inscription au fichier TPS et TVQ du fournisseur,
  • Le nom de l’acheteur ou de l’entreprise,
  • Les modalités de paiement,
  • La description du service ou des produits vendus.

Si vous n’êtes pas sûr des vôtres, demandez conseil à un professionnel.

  1. Ne pas définir un budget précis

Définir un budget pour l’année en cours est nécessaire afin de limiter ses dépenses et atteindre les objectifs financiers que l’on s’est fixés. C’est aussi un bon moyen de diminuer ses charges d’exploitation et générer ainsi une meilleure rentabilité donc de plus gros bénéfices au cours de l’exercice comptable.

Le cyclisme est-il un moyen de transport risqué?

Troquer sa voiture contre le vélo est écolo, mais aussi bénéfique pour la santé. Mais, comme tout moyen de transport, il comporte un certain nombre de risques dont il faut se prémunir pour en profiter pleinement.

Les bénéfices incontestables du vélo

La pratique du vélo offre de nombreux avantages sur le plan de la santé. Il ralentit l’apparition des maladies chroniques et réduit les problèmes cardio-vasculaires. Il permet aussi de lutter contre le diabète, l’obésité ou encore l’ostéoporose. Mais ce n’est pas tout : le vélo est une activité bénéfique pour la santé mentale à l’instar de nombreuses activités de plein air.

Côté environnement, si moins de voitures circulent en ville, la qualité de l’air est améliorée du fait de la diminution des émissions de CO2, sans parler de la pollution sonore. De plus, il y a moins de risques d’accidents de voiture en ville.

Le vélo est donc excellent pour aller au boulot, mais aussi pour partir en vacances.

Les principaux risques liés à la pratique du vélo

Le premier risque est la chute, provoquant traumatismes et microtraumatismes (contusion des mains et des poignets). En cause, la vitesse trop élevée et le non-respect du code de la route. Il faut d’ailleurs souligner que les hommes subissent plus d’accidents que les femmes. Mais il faut aussi prendre en compte les risques environnementaux : la pluie ou la neige rendent le sol plus glissant.

Les dommages les plus fréquents causés par une chute sont la fracture du poignet, de la main et surtout du scaphoïde, ce petit os situé entre le poignet et le pouce. On trouve également la luxation à l’épaule, plus rarement la fracture du col du fémur. Par ailleurs, les genoux et les chevilles sont davantage exposés aux tendinites.

L’appui prolongé et répétitif des mains sur le guidon peut être à l’origine d’une compression des nerfs responsable d’un engourdissement. Généralement, celui-ci est temporaire, il disparaît à la fin du trajet. Mais parfois, ce symptôme persiste plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Il s’accompagne de paresthésies et de douleurs nocturnes. Il faut donc consulter pour poser le diagnostic du syndrome du canal carpien. En cas de pratique intensive, la paralysie du cycliste peut même apparaître, il s’agit d’une compression du nerf cubital. Il faut alors parfois prévoir une chirurgie de la main .

Les gestes de prévention

Pour réduire les risques de chutes, il est conseillé de modifier son itinéraire afin de circuler dans des rues moins fréquentées ou privilégier les pistes cyclables. Les chutes sont aussi dues à un mauvais réglage du vélo. En diminuant également l’angle d’appui du guidon ou en ajustant la hauteur de la selle, on diminue la force du poids sur les mains et les microtraumatismes.

4 idées pour concilier voyage et tourisme durable

À l’heure où les messages en vue d’un comportement plus responsable se multiplient, le tourisme se met au vert. Les professionnels mettent désormais tout en œuvre pour réduire l’impact des voyageurs : conseils anti-gaspi, hébergement chez l’habitant, mode de transport plus vertueux… Il faut dire que le secteur est important pour l’économie, alors comment adopter une démarche durable dans des pays où la surpopulation touristique commence à être mal vue ?

  1. Privilégier une destination de proximité

Les transports sont très polluants, ils émettent des gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique. Le Canada est vaste et de nombreux endroits restent à découvrir que ce soit en vélo, en train, en bus ou en co-voiturage. L’avantage est de ne pas avoir à se préoccuper du stationnement ou perdre du temps et de l’énergie dans les embouteillages.

Les pays voisins restent aussi un bon compromis. Et sur place, rien de plus sympa que de découvrir la région accompagnée d’un résident !

Si on veut aller plus loin, l’avion reste incontournable, mais on évite de le prendre plusieurs fois par an. Mieux vaut organiser un safari privé de 15 jours en Afrique par exemple que de multiplier les petits séjours à l’étranger.

  1. Choisir un hébergement chez l’habitant ou écolabellisé

Les gros complexes hôteliers ne favorisent pas forcément l’emploi local, les contrats sont le plus souvent saisonniers. Loger dans de petites structures qui s’intègrent parfaitement dans le paysage est plus durable tout comme les gîtes, les campings ou même l’habitant.

La bonne astuce est l’échange de maison. La formule est idéale pour héberger toute une famille moins cher, le confort en prime. Et votre maison ne restera pas inoccupée pendant vos vacances, vous réduirez en même temps le risque de cambriolage !

  1. Éviter les lieux trop fréquentés

Le tourisme de masse fragilise certaines destinations. C’est le cas de Venise en Italie, du Machu Picchu au Pérou, des îles Galapagos, de l’Everest… Dans ces mêmes pays, il y a de nombreuses autres merveilles à découvrir. Monter à pied par les sentiers à Choquequirao plutôt qu’en minibus au Machu Picchu par exemple.

  1. Prendre son temps

On a tendance à surconsommer les visites et les activités dans les endroits où l’on reste peu ou que l’on ne connaît pas du tout. Conséquence, on multiplie les trajets en voiture. En adoptant un programme plus léger, on pollue moins et l’on profite davantage de ce que l’on a sous les yeux.

5 cadeaux pour la St Valentin auxquels vous n’aviez pas pensé

La St Valentin est devenue un véritable marché de la consommation : parfums, fleurs, bijoux, montres, accessoires divers et variés font le bonheur des commerçants chaque année. Et si vous ne sacrifiez pas à cette tradition ? Il y a tellement d’autres moyens d’exprimer ses sentiments ! Nos idées les plus farfelues pour une St Valentin inoubliable.

  1. Booster votre sex appeal

Vous offrir des cours de guitare à Montréal, voilà de quoi surprendre votre partenaire ! Il faut dire que cet instrument est le compagnon idéal pour séduire, mais aussi pour exprimer vos émotions. Il donne confiance en soi, réduit le stress, stimule la matière grise. Et si votre partenaire en rêve depuis longtemps, offrez-vous un cours à deux pour l’aider à sauter le pas.

  1. Sauter en parachute

Que diriez-vous d’une chute libre de près d’une minute ? Sensation garantie ! Un saut tandem pour la St Valentin est le meilleur moyen de partager votre adrénaline avec votre partenaire, vous vous en souviendrez longtemps. Ce n’est peut-être pas la meilleure époque pour sauter, mais vous pouvez l’offrir sous forme de carte cadeau à valoir dès les premiers jours !

  1. Un pique-nique dans votre salon

Pas de dîner conventionnel au restaurant ! Poussez votre table basse, étendez une nappe au sol et disposez votre piquenique : saucisson, terrine, fromages, verres à vin, miche de pain ! Et selon comment ça se termine, vous êtes déjà chez vous !

  1. Une soirée jeu

Bon, il y a jeu et jeu ! Ne sortez pas votre Scrabble ce soir-là ! Mais c’est le moyen de passer un moment en amoureux rempli de complicité. Pourquoi un strip poker pour pimenter votre soirée ? Si vous tenez absolument à sortir, testez un lancer de haches ou de fléchettes entre amis ou à deux, frissons au programme !

  1. Piloter un Boeing

Oui, c’est possible et ça ne coûte pas plus cher qu’un saut en parachute. En fait, vous décollez, volez et atterrissez à bord d’un simulateur de vol, mais c’est comme si vous y étiez ! Direction Laval où un pilote professionnel vous briefera avant de vous laisser les commandes de l’avion. Une expérience dans le virtuel pour le moins surprenante ! Pour la St Valentin, Aérosim Expérience propose un forfait de 35 minutes de vol par personne et un verre de champagne.

Entreposage : pourquoi toujours faire un audit ?

L’audit est une évaluation diagnostic, il sert à mesurer et à améliorer les performances de l’entreprise, en l’occurrence ici celles de la chaîne logistique. Il est donc indispensable pour optimiser la stratégie d’entreprise, mais aussi pour maîtriser les coûts. Quelques conseils pour effectuer le vôtre.

Les objectifs de l’audit

La finalité de l’audit est de s’assurer que tous les moyens mis en œuvre réduisent les coûts du transport, du stock et surtout de l’entreposage, tout en optimisant les performances. Au bout de la chaîne, on mesurera donc aussi la satisfaction client (délais de livraison raccourcis par exemple). L’audit part de l’analyse de l’existant par rapport à un référentiel défini de façon à mesurer les écarts, les identifier et proposer des recommandations pour y remédier.

Les méthodes de l’audit

Pour réaliser un audit logistique dans sa propre entreprise, il faut s’appuyer sur des indicateurs de performance. Ils sont d’ordre financier (coûts logistiques), organisationnel (volume de réception, surface de stockage, productivité des salariés), mais aussi en relation avec le marché (délai de livraison au client). Leur analyse mettra en exergue les dysfonctionnements éventuels ou les postes à améliorer. Les résultats permettront de mettre en œuvre un plan d’action.

Les salariés audités ne doivent pas se sentir jugés. Il faut donc clairement énoncer les objectifs pour recueillir l’adhésion de tous. La personne responsable de l’audit s’appliquera à être à l’écoute, elle évitera d’interpréter ou de devancer les réponses, mais s’en tiendra aux faits, elle sera attentive aux comportements de chacun de manière à ne pas gêner ou provoquer un malaise.

Le questionnement lui-même sera construit de manière méthodique de manière à apparaître comme le plus naturel possible. On alternera donc les questions ouvertes, les questions fermées et les reformulations. On l’appelle la méthode de l’entonnoir, une technique utilisée pour la vente. On peut aussi se baser sur le questionnement Quintilien (QQCOQP : qui, quoi, comment, où, quand et pourquoi) sans s’appesantir sur le pourquoi parce qu’il invite le salarié à se justifier.

Les actions à planifier

Une fois tous les freins identifiés, il faut définir un plan d’action. Le secret de la réussite repose sur un climat de confiance. Pour cela, les nouvelles procédures à appliquer seront simples et les rôles de chacun bien définis.

Au niveau de l’entreprise, une des solutions pour optimiser l’entreposage pourra être de réduire les coûts par des étagères métalliques durables.

Êtes-vous éco responsable en voyage ?

On peut être écoresponsable même en voyage, mais peut-être avez-vous déjà adopté les bons réflexes pour réduire votre empreinte carbone ! Pour les autres, voici un petit guide de l’écocitoyen en vacances.

Les transports ou comment se déplacer en émettant moins de CO2

L’avion est le mode de transport le plus polluant. Il émet 360 g équivalents CO2 par personne et par kilomètre ! Une vraie prise de conscience pour réduire au maximum ses trajets. Ne pensez pas que la voiture soit mieux, même si elle pollue dans de moindres proportions, un véhicule diesel émet tout de même 180 g équivalents CO2 par personne et par kilomètre.

Préférez le covoiturage pour limiter la facture et adoptez l’écoconduite, plus souple et moins énergivore. Ou encore le bus, il vous laissera au cœur de la ville, vous n’aurez pas besoin de prendre un taxi. Bannissez la climatisation l’été, vous consommerez plus. Le meilleur mode de transport reste le vélo, en plus vous aurez l’avantage de voyager à votre rythme.

Le tourisme propre, ça existe !

Les belles plages de sable fin paradisiaques ont un prix : zéro déchet ! Rapportez les vôtres avec vous pour les jeter à la poubelle. En les laissant sur place, vous incitez les autres à en faire autant. Mieux, si vous en trouvez, ramassez-les.

Les plastiques, les mégots de cigarettes, les chewing-gums sont hautement polluants. Ils se déversent dans la mer et intoxiquent les animaux marins. Même les plastiques soi-disant biodégradables mettent des années à disparaître.

Si vous campez en pleine nature, ne faites jamais de feu de camp, le risque d’incendie est bien trop grand.

Le tourisme responsable, c’est aussi ne pas rapporter certains souvenirs…

L’époque n’est plus au ramassage du corail ou au prélèvement des étoiles de mer. Les écosystèmes sont devenus fragiles et précaires. Si vous êtes amateur de plongée sous-marine, obtenez un prêt express en ligne pour vous offrir un bon appareil photo étanche ou une caméra et rapporter plutôt des images. Évitez les écailles de tortues et les objets en ivoire, ces animaux sont protégés et vous encouragez le braconnage.

Ne nourrissez pas non plus les animaux sauvages, certains comme les mouettes deviennent agressives parce qu’ils ont l’habitude qu’on leur donne de la nourriture.

Logez chez l’habitant plutôt qu’à l’hôtel, en plus c’est moins cher. Le couchsurfing est à la mode. Vous logerez gratuitement pour une ou deux nuits chez chacun d’eux. Cinq millions de personnes sont déjà adeptes à travers 250 pays !