Pourquoi avons-nous tant mal au dos aujourd’hui ?

Considéré comme le mal du siècle, le mal de dos touche de nombreuses personnes : 8 sur10 souffrent ou ont souffert du dos au moins une fois dans leur vie ! En cause, le rythme de nos journées, des efforts soutenus, de longues heures de travail assis ou debout, mais aussi la sédentarité, l’obésité, la dégénérescence discale… Comment éviter les douleurs au dos ?

La pathologie la plus courante

À l’origine des douleurs aiguës ou chroniques, la lombalgie est la pathologie la plus courante. Cela s’explique par le fait que le bas de notre dos est la région la plus mobile. En plus, il supporte 2/3 du poids de notre corps ! Les lésions à un muscle, un tendon, un ligament ou à un disque sont donc fréquentes du fait d’un traumatisme, de gestes répétés ou de mauvaises postures.

La lombalgie touche aussi bien les jeunes que les plus âgés. Rester avachi sur le canapé avec une tablette ou une console de jeu entre les mains, exercer un métier sédentaire (assis au bureau ou debout toute la journée) contribue à la perte musculaire.

Dans 90% des cas, les causes de la lombalgie ne sont pas identifiées. Et tellement de gens ont mal au dos qu’ils s’en accoutument. C’est un tort, car les lombalgies aiguës mal soignées deviennent chroniques ! Donc si vous ressentez des douleurs pendant plus de 10 jours ou que vous ne pouvez plus rester assis plus de 15 minutes, prenez rendez-vous dans clinique d’orthopédie privée pour être pris en charge rapidement. C’est d’autant plus important que la maladie isole socialement et professionnellement.

Les gestes de prévention

On ne le répète jamais assez, mais l’exercice physique est la clé d’un dos en forme. La marche quotidienne, le vélo, la trottinette, bref des déplacements plus actifs développent force et souplesse !

Si vos douleurs sont récurrentes, il vous faudra un programme spécifique de renforcement musculaire chez un physiothérapeute. Certains sports comme la natation ou le yoga sont recommandés pour muscler son dos sans traumatisme.

Si vous devez déplacer des charges, tirez-les au lieu de les soulever. Ne vous penchez pas, pliez vos genoux pour vous baisser.

Évitez autant que possible le surpoids en adoptant une alimentation équilibrée et en pratiquant une activité sportive.

Au travail, alternez les positions assises et debout, faites des pauses en marchant, étirez votre dos en levant les bras vers le plafond pour vous grandir.

Stress au travail : 4 solutions pour résister

Le stress au travail est un problème réel et sérieux, qui touche une majorité de travailleurs. Nous vous proposons donc 4 solutions pour y résister :

  1. Planifier

Une grande partie du stress découle d’un emploi du temps trop chargé et d’un manque d’organisation. En planifiant vos semaines, vous aurez une meilleure visibilité et serez plus organisé au quotidien.

Lorsque vous planifiez votre agenda, tenez compte des priorités. Si nécessaire, osez abandonner des tâches inutiles ou peu importantes. Veillez aussi à inclure des pauses (pour relâcher la pression) et des périodes tampons (pour faire face aux éventuelles urgences).

  1. Faire des listes

Dans la continuité de votre planification, dresser des listes vous aidera aussi à résister au stress. L’idée est de lister les tâches à effectuer par ordre de priorité. De cette façon, vous y verrez plus clair et avancerez plus facilement. De plus, en rayant vos tâches accomplies au fur et à mesure, vous éprouverez une réelle satisfaction.

Procédez ainsi pour chaque journée de travail et vous gagnerez en sérénité !

  1. Savoir dire « non »

Ensuite, les autres personnes sont une autre source de stress au travail. Si vous êtes sollicité en permanence, la pression s’accumule et vous êtes de moins en moins efficace. Une astuce consiste à savoir dire « non ».

Qu’il s’agisse de vos clients, de vos collègues ou même de votre supérieur, vous pouvez tout à fait refuser une sollicitation. Bien sûr, il faut mettre les formes : votre refus doit être justifié et formulé de manière correcte. Idéalement, proposez aussi une alternative pour montrer votre bonne volonté.

  1. Évacuer votre stress

Pour finir, il est important d’évacuer votre stress. Malgré tous vos efforts pour résister, vous allez certainement accumuler du stress au fil des semaines. Pour l’évacuer, voici quelques conseils :

  • Prenez du temps juste pour vous, pour faire une chose que vous aimez.
  • Faites du sport : idéal pour éliminer les tensions !
  • Discutez de vos soucis. Les partager avec une personne de confiance vous aidera à mieux gérer votre stress. Si besoin, envisagez de consulter un médecin dans une clinique médicale privée à Montréal.
  • Utilisez des techniques de relaxation au quotidien. Dès que vous sentez le stress monter, n’hésitez pas à faire quelques exercices pour vous détendre immédiatement.

Conclusion

En appliquant ces conseils, vous résisterez bien mieux au stress professionnel.

Transport actif : un défi pour demain ?

Alors que l’écologie et la santé sont au centre des préoccupations actuelles, le transport actif est de plus en plus encouragé. Le principe : se déplacer de manière active pour se rendre d’un point A à un point B. Cela inclut par exemple la marche / course, la trottinette, le vélo ou encore les rollers. Les avantages de ces modes de déplacement sont multiples : activité physique régulière, pas de pollution, solution économique, etc. Mais les transports actifs ne représentent-ils pas un réel défi pour demain ?

La contrainte de l’accessibilité

Pour commencer, tout le monde n’a pas la possibilité de pratiquer le transport actif. En effet, les personnes qui vivent à des endroits excentrés ou reculés ne peuvent pas se déplacer à pied ou en vélo. Ils sont contraints d’utiliser un autre moyen de transport, tel que les bus, la voiture ou encore le scooter.

Dès lors, le transport actif est surtout accessible aux citoyens qui habitent en ville ou à proximité de leurs lieux d’intérêt (travail, école…). Néanmoins, il reste possible de se déplacer de manière active sur certaines portions du trajet, par exemple entre le domicile et la gare de départ, puis entre la gare d’arrivée et la destination finale.

Les temps de trajet

Une autre problématique concerne les temps de trajet. Dans l’absolu, la voiture est plus rapide que le déplacement à pied, en patins ou même à vélo. Mais en pleine ville, la tendance peut rapidement s’inverser. Alors que les véhicules sont bloqués dans la circulation, les adeptes du transport actif peuvent facilement poursuivre leur chemin.

Afin d’encourager leur démarche, il serait peut-être intéressant d’augmenter les voies qui leur sont réservées. Si vous vous déplacez souvent en ville, n’hésitez pas à magasiner dans une boutique vélo en ligne !

Les enjeux liés à la sécurité

Enfin, la sécurité est un autre enjeu majeur lorsqu’on parle de transport actif. Concrètement, les adeptes sont assez vulnérables face aux véhicules qui les entourent. On pense surtout aux vélos, qui sont censés rouler sur la route et pas sur le trottoir (afin de ne pas importuner les piétons).

Pour réduire les risques et renforcer la sécurité, il faudrait que davantage de pistes cyclables soient développées dans les villes, mais aussi en dehors dans la mesure du possible.

Conclusion

Certaines actions peuvent donc être implémentées pour favoriser le transport actif.

Comment gagner sa vie en tant étudiant ?

Être indépendant financièrement, est le but ultime que vise tout le monde surtout lorsqu’on est encore étudiant. La vie d’étudiant étant une étape qui vous prépare à votre insertion professionnelle, il est important d’avoir un job étudiant afin de gagner sa vie pendant qu’on est encore étudiant.

Lire la suite